L’ARJEL envisage de sévir en ce qui concerne certaines « Loot Boxes »

Avez-vous l’habitude de jouer aux jeux vidéo ? Si tel est le cas, vous avez certainement entendu parler des « loot boxes ». La polémique autour du jeu Star Wars Battelefront 2 n’a cessé d’enfler ces derniers jours et cela a provoqué de nombreuses réactions aussi bien de la part des joueurs que de la part de divers gouvernements. Le problème de ces « loot boxes » est réel et les autorités s’inquiètent du fait que les jeux vidéo concernés utilisent de plus en plus les mêmes mécanismes que ceux dont se servent les casinos sans dépôt pour inciter les joueurs à miser. Toutefois, il y a une différence de taille dans ce cas. Les casinos doivent en effet respecter des règles strictes et ils doivent avertir les joueurs sur les dangers des jeux d’argent. Les éditeurs de jeux vidéo impliqués dans cette affaire ne sont pas concernés par cette loi. Tout du moins, pas encore.

Des jeux vidéo qui ressemblent de plus en plus à des jeux d’argent

Le principe d’un jeu vidéo est de se détendre et d’acquérir des compétences et des capacités au fil de la partie. De ce fait, le joueur sera plus à même d’affronter les situations complexes prévues par le jeu s’il a passé beaucoup de temps à gagner en niveau. Le système des « loot boxes » permet aux joueurs d’acquérir des pièces d’équipement et des personnages exclusifs en payant pour cela. Dans le cas de Star Wars Battlefront 2, certains personnages clés de l’aventure ont été intégrés dans des « loot boxes » afin de donner la possibilité aux joueurs de les obtenir plus facilement. Le problème est que ce système encourage les joueurs à payer s’ils veulent éviter des heures de jeu (on parle environ de 40 heures de jeu pour débloquer Luke Skywalker ou Dark Vador). La colère des joueurs est donc compréhensible étant donné qu’ils estiment avoir déjà payé le jeu de base et qu’ils ne devraient pas avoir à passer à la caisse une seconde fois pour espérer obtenir des personnages qui sont déjà présents dans l’opus.

 

casinosansdépot

Quand les autorités s’en mêlent

À cause des retours plus que négatifs des joueurs de Star Wars Battlefront 2, les autorités se sont intéressées au problème des micro-transactions dans ce type de jeu. Nombre de commissions de jeu estiment que ce système de « loot boxes » et les micro-paiements utilisent les mêmes mécanismes que celui des casinos sans dépôt. En effet, il est facile de se laisser entrainer et il ne faut pas oublier que ces jeux vidéo ne sont pas interdits aux mineurs. L’ARJEL envisage donc l’éventualité de requalifier ce type de transaction dans les jeux vidéo. Si tel est le cas, les éditeurs devront faire face à de nouvelles responsabilités :

  • faire de la prévention en ce qui concerne l’addiction aux jeux ;
  • fournir le pourcentage d’obtention des différents équipements ou personnages.

Si pour le moment, l’ARJEL ne s’est pas encore prononcé sur le sujet, la grogne générale de joueurs a déjà fait reculer certains éditeurs qui ont pour le moment suspendu les micro-paiements dans leurs jeux.